À la guillotine!

Apparement tout part en vrille. Le gouvernement n’aurait pas de limite. L’abus nuit mais pas  lorsqu’on a obtenu carte blanche pour tout les écarts et encore plus d’excès. Certains s’offusquent que des têtes disparaissent des billets de banques.

Ces hommes nous auraient montré la voie vers la libération et l’autodétermination. Certes un en particulier en bradant un peuple contre une indépendance négociée à quelques années près. Ce peuple connaîtra un exil forcé, un accueil qui ne sera pas des plus chaleureux, un déracinement, un génocide. Mais tout ça, ça n’intéresse personne.


On les appelles les tribuns, pères fondateurs. On les compare à Lincoln ou Elisabeth d’Angleterre. On compare, on compare, mais il y a des personnes incomparables. Pourquoi pas Bhadin et Gandhi tant qu’on y est?


Tels d’irréductibles Gaulois qui ne se laissent pas envahir par les Romains, les irréductibles Mauriciens que nous sommes devraient monter au créneau pour hurler notre patriotisme. Irréductibles vous dites? Certes, aussi irréductible qu’un effervescent dans un demi verre d’eau. Au moins ça attenue une migraine et on passe vite à autre chose.


À quoi donc servent ces effigies sur nos billets de banque? Nous voyons bien assez ces têtes à tout les coins de rues pour nous rappeler à qui l’on doit notre indépendance. Ah oui, il faut bien ancrer dans notre inconscient des vecteurs à vocations pédagogiques car les bustes ne suffisent pas. 


Tout cela me rappelle le fantasme d’une europe de l’est fermée et stalinienne. Cette abnégation à conserver des titres tels que Sir ou Lady sont plus qu’obsolète dans un pays qui se clame indépendant mais qui ne peut se détacher d’un passé de colonisé.


Enlever ces têtes, c’est déstaliniser l’économie mais aussi l’histoire et la mémoire collective. Mais chez certains, un stakhanovisme plus ardent persiste, se heurte et se refuse au changement.

Vous êtes attaché a des têtes qui ont marqué l’histoire. Lisons nous les livres qui racontent l’histoire, ou choisissons nous les histoires que nous voulons entendre?


Peut être est il temps d’enlever des têtes pour apposer sur nos billets des histoires dont nous sommes fiers. Des images qui rappellent la richesse de notre patrimoine, des mauriciens lambdas au lieu de personnalités au passé pas si glorieux. Il est temps de laisser le passé au passé et d’inscrire sur ces nouveaux billets de quoi inspirer vers l’unité, la modernité et le patriotisme qui manquent à cette jeunesse qui elle part en vrille.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s